Thrombocytopénie induite par l’héparine : mise à jour par les lignes directrices de l’American Society of Hematology

Pharmactuel

View Publication Info
 
 
Field Value
 
Title Thrombocytopénie induite par l’héparine : mise à jour par les lignes directrices de l’American Society of Hematology
 
Creator Lemieux, Pierre; Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec, Centre hospitalier universitaire régional
 
Subject Thrombocytopénie induite par l’héparine, argatroban, bivalirudine, danaparoide, fondaparinux, anticoagulants oraux direct
 
Description Résumé Objectif : Le présent article vise à décrire l’algorithme de l’évaluation et de la prise en charge d’un patient soupçonné de souffrir d’une thrombocytopénie induite par l’héparine et à discuter des caractéristiques des anticoagulants utilisés pour le traitement de cette affection.Sources des données et sélections des études : Les lignes directrices de 2018 de l’American Society of Hematology ainsi que les références qui y sont incluses constituent la source principale d’information pour la rédaction de cet article.Revue du sujet traité : L’évaluation initiale d’un patient suspecté de présenter une thrombocytopénie induite par l’héparine débute par le calcul du score 4T, qui doit être confirmé par un dosage immunologique et un test fonctionnel. La prise en charge nécessite l’arrêt de l’héparine et l’initiation d’une anticoagulation sans héparine dès qu’une probabilité modérée à élevée de thrombocytopénie induite par l’héparine est établie. Les choix possibles en remplacement de l’héparine sont l’argatroban, la bivalirudine, le danaparoïde, le fondaparinux et les anticoagulants oraux directs. Les données d’efficacité et d’innocuité sont grandement variables et difficilement comparables en raison des différents types d’études, des populations et des principaux paramètres d’évaluation. Un relais pour une thérapie orale avec un antagoniste de la vitamine K ou un anticoagulant oral direct est possible si on respecte certaines directives. La durée de l’anticoagulation pour une thrombocytopénie isolée induite par l’héparine doit s’étendre au moins jusqu’à la récupération des plaquettes et peut se prolonger jusqu’à trois mois.Conclusion : De nouvelles avenues thérapeutiques sont incluses dans les plus récentes recommandations de l’American Society of Hematology. Ces agents possèdent des propriétés pharmacologiques distinctes qui permettront aux cliniciens d’adapter plus facilement leur choix thérapeutique au regard des caractéristiques de leurs patients.Mots-clés : Anticoagulants oraux directs, argatroban, bivalirudine, danaparoïde, fondaparinux, thrombocytopénie induite par l’héparineAbstractObjective: The purpose of this article is to describe the algorithm for evaluating and managing a patient suspected of having heparin-induced thrombocytopenia and to discuss the characteristics of the anticoagulants used to treat this condition.Data sources and study selection: The 2018 American Society of Hematology guidelines along with the references constituted the main source of information for writing this article.Review of the topic: The initial evaluation of a patient suspected of having heparin-induced thrombocytopenia begins by calculating the 4T score, which must be confirmed by an immunological assay and a function test. Management requires discontinuing the heparin and initiating heparin-free anticoagulation as soon as it is determined that there is a moderate to high probability of heparin-induced thrombocytopenia. The possible alternatives to heparin are argatroban, bivalirudin, danaparoid, fondaparinux, and direct oral anticoagulants. Efficacy and safety data are highly variable and difficult to compare because of the different study types, the populations, and the primary endpoints. Relaying oral therapy with a vitamin K antagonist or a direct oral anticoagulant is an option if certain guidelines are followed. The duration of anticoagulation for isolated heparin-induced thrombocytopenia should extend at least until platelet recovery and may continue up to 3 months.Conclusion: The American Society of Hematology’s latest recommendations contain new treatment options. These agents have distinct pharmacological properties that will make it easier for clinicians to tailor their choice of treatment to the characteristics of their patients.
 
Publisher Pharmactuel
Pharmactuel
 
Contributor
 
Date 2020-12-31
 
Type info:eu-repo/semantics/article
info:eu-repo/semantics/publishedVersion

 
Format application/pdf
text/html
 
Identifier http://www.pharmactuel.com/index.php/pharmactuel/article/view/1326
 
Source Pharmactuel; Vol. 53, No 4 (2020); 178-189
Pharmactuel; Vol. 53, No 4 (2020); 178-189
0834-065X
 
Language fra
 
Relation http://www.pharmactuel.com/index.php/pharmactuel/article/view/1326/1259
http://www.pharmactuel.com/index.php/pharmactuel/article/view/1326/1275
http://www.pharmactuel.com/index.php/pharmactuel/article/downloadSuppFile/1326/1704
http://www.pharmactuel.com/index.php/pharmactuel/article/downloadSuppFile/1326/1717
http://www.pharmactuel.com/index.php/pharmactuel/article/downloadSuppFile/1326/1910
 
Rights ##submission.copyrightStatement##
 

Contact Us

The PKP Index is an initiative of the Public Knowledge Project.

For PKP Publishing Services please use the PKP|PS contact form.

For support with PKP software we encourage users to consult our wiki for documentation and search our support forums.

For any other correspondence feel free to contact us using the PKP contact form.

Find Us

Twitter

Copyright © 2015-2018 Simon Fraser University Library